Envoyez vos recommandés, sans vous déplacer

  • Des modèles de lettre à personnaliser en 2 minutes
  • Des recommandés envoyés par notre partenaire La Poste
  • Aucun déplacement, vous gagnez du temps !

Comment demander un droit de visite pour les grands-parents ?

Publié le 18/11/2021 - Mis à jour le 19/11/2021 - Par Camille Gayral

Suite à des conflits intrafamiliaux, les grands-parents peuvent être privés de voir leurs petits-enfants. Il est néanmoins possible de remédier à la situation en formulant une demande de droit de visite. Quelles sont les procédures à l'amiable ou judiciaires possibles ? Quels types de droit peut-on obtenir ? Notre guide revient sur les différentes démarches à effectuer.

Le droit de visite des grands parents
 

1. Ce que dit la loi à propos du droit de visite des grands parents

Dans quels cas les grands-parents ont-ils besoin d'un droit de visite ?

Dans certains cas, les grands-parents sont amenés à demander un droit de visite de leurs petits enfants. Cette situation est souvent liée à des conflits familiaux, notamment entre les parents et les grands-parents.

Quelle loi encadre le droit de visite des grands parents ?

D'après l'article 371-4 du Code Civil, tout enfant a le droit de construire une relation personnelle avec ses grands-parents, sauf si ce lien peut lui nuire.

De quels droits bénéficient les grands-parents ?

Les grands-parents peuvent faire valoir leur droit de visite, qui leur permet de voir leurs petits-enfants sur une période brève (comme un après-midi). Ils peuvent également demander un droit d'hébergement, qui correspond à un droit de visite plus long et qui inclue au moins une nuit. Enfin, le droit de correspondance peut également être invoqué (l'envoi de lettres ou des coups de fil).

 

2. Les recours à l'amiable pour obtenir un droit de visite des grands parents

Qu'est-ce que la médiation familiale ?

Dans un premier temps, vous pouvez essayer de régler la situation conflictuelle à l'amiable avant de saisir la justice. Vous pouvez alors avoir recours à la médiation familiale. Il vous suffit de solliciter l'aide d'un médiateur familial. Si la médiation permet de trouver un accord à l'amiable entre chaque partie, ce dernier peut être homologué par le juge aux affaires familiales afin de lui donner la même valeur juridique qu'un jugement classique.

Quel est le prix de la médiation familiale ?

La médiation familiale est une procédure payante. Elle peut toutefois être prise en charge en partie ou dans sa totalité si vous bénéficiez de l'aide juridictionnelle.

 

3. Les procédures judiciaires pour obtenir le droit de visite pour les grands parents

Quand doit-on saisir le JAF ?

Si la médiation familiale n'a pas permis d'aboutir à un commun accord entre les deux parties, les grands-parents peuvent alors saisir le JAF (Juge aux affaires Familiales) du tribunal de grande instance. Ce dernier devra être situé dans la ville où résident les petits-enfants.

Le déroulement de la procédure judiciaire

Assistés par un avocat, les grands-parents et parents vont comparaître devant la justice. Le juge pourra être amené à demander une enquête sociale ou une expertise médico-psychologique pour évaluer la situation et si l'absence de relation entre les grands-parents et petits-enfants est légitime. Il devra déterminer si le fait de voir leurs grands-parents est bénéfique ou non pour leurs petits-enfants.

Quels types de droit de visite peut-on obtenir ?

Selon le jugement rendu, plusieurs types de droit de visite peuvent être octroyés. Vous pourrez donc aussi bien obtenir un droit de visite très régulier que progressif selon votre situation. Dans certains cas, seul un droit de correspondance pourra être accordé.

Quelle est la durée d'une demande de droit de visite ?

La demande de droit de visite des grands-parents est une procédure longue (un à 3 ans selon le dossier).

Que faire en cas de non-respect du jugement ?

En cas de non-respect du jugement comme l'accord du droit de visite ou d'hébergement donné aux grands parents, les parents s'exposent à une condamnation pour délit de non représentation d'enfant. Encadré par l'article 227-5 du Code Pénal, ce délit peut amener à un an de prison et jusqu'à 15 000€ d'amende. La plainte peut être déposée au commissariat de police, au poste de gendarmerie ou auprès du procureur de la République.

Nos guides juridiques similaires